Prospection archéologique sur les Thorame

Du 14 au 29 septembre une dizaine de scientifiques vont mener des prospections archéologiques sur le territoire des deux communes. Si certaines recherches de terrain ont déjà été réalisées sur Thorame-Haute, presque rien n’a été fait sur Thorame-Basse.

La brillante conférence du 11 novembre dernier de M. Mathias Dupuis, responsable du Service Archéologique du Département, a été une introduction pour approfondir nos connaissances sur l’histoire de notre vallée. Connaissances étayées scientifiquement. Nous avons tous entendu parler de découvertes et leurs commentaires. Nous devrions pouvoir ainsi les analyser et les préciser.

C’est donc sous l’impulsion de M. Mathias Dupuis que cette opération est organisée. Le travail mené par le service depuis plusieurs années sur l’ancien Évêché de Senez à Senez et à Castellane va s’élargir maintenant sur le territoire des Thorame qui en dépendait depuis le rattachement de son évêché à celui de Senez.

Cette demande de prospection-inventaire s’inscrit au sein du Programme Collectif de Recherche « Senez et son territoire aux périodes historiques. Structuration et évolution des pôles de pouvoir et des lieux de culte épiscopaux dans l’ancien diocèse de Senez, entre Antiquité et Moyen âge sous la direction de M. Dupuis (Service Départemental Archéologique 04) Ce projet s’intègre également au sein des travaux entrepris par le Centre Camille Jullian, depuis plus d’une vingtaine d’années, sur le peuplement et les activités humaines dans les contextes de moyenne et haute montagne, ainsi que de leurs marges.

Ainsi nous verrons pendant ces quinze jours des équipes de scientifiques et de bénévoles arpenter nos paysages.

Une réunion publique aura lieu le jeudi 20 septembre à 20h00 à la mairie de Thorame-Basse pour information.

Le point sur … le café

En janvier nous étions heureux d’annoncer que le café de la vallée avait retrouvé toutes ses fonctions…

Malheureusement, nous ne pouvons que constater que, pour de multiples raisons, la reprise par ces trois co-gérants ne s’est pas révélée performante. Le café est à nouveau sans personne pour jouer son rôle de lieu de vie pour notre commune, de lieu de vie pour un projet professionnel.

Les raisons de ces échecs successifs sont bien entendues très commentées et chacun y va facilement de sa recette et de son verdict. Nous avons certainement tous un peu notre part. Cependant il est certain que le Café de la Vallée a su vivre quand les gérants avaient su s’adapter au contexte et s’ouvrir largement au delà des limites de la commune.

Nous recherchons donc à nouveau un gérant pour prendre la suite. Les travaux réalisés ont amélioré l’outil professionnel. De nouveaux appareils vont encore être installés. Nous espérons rapidement une réouverture. A nous tous d’y travailler ensemble.

 

Note explicative concernant l’emploi du feu

PRÉFET DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE

PRÉFECTURE

Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

Digne-les-Bains, le 29 novembre 2017

NOTE EXPLICATIVE CONCERNANT L’EMPLOI DU FEU

Le brûlage des déchets verts est interdit en application au règlement sanitaire départemental, qui précise que le brûlage des déchets ménagers est interdit, quelque soit la zone. Les déchets verts sont des déchets ménagers, ils comprennent :

– les déchets issus des tontes de gazon,
– les feuilles, les aiguilles mortes,
– les tailles d’arbres et d’arbustes.

Ils proviennent notamment de l’entretien des zones de loisirs, des espaces verts publics ou privés, des terrains de sport, des jardins des particuliers. La combustion de ces déchets génère des fumées et des particules imitantes, raison pour laquelle le brûlage est interdit.

Ces déchets verts doivent être compostés ou amenés en déchetterie.

Brûler ses déchets verts dans son jardin peut être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 450 €. Les voisins incommodés par les odeurs peuvent par ailleurs engager la responsabilité de l’auteur du brûlage pour nuisances olfactives.

Par dérogation à cette interdiction, seul le brûlage des végétaux coupés produits dans le cadre d’une activité agricole ou forestière est autorisé, lorsque le vent est inférieur à 40 km/h, les travaux liés aux obligations légales de débroussaillement (OLD) étant considérés comme une activité forestière.

Ainsi, un particulier peut brûler les produits forestiers issus de l’obligation légale de débroussaillement (branches et arbres), il est soumis alors à l’arrêté préfectoral n°2013-1472 sur l’emploi du feu : brûlage autorisé cette année du 16 novembre 2017 au 15 mars 2018. Cet arrêté préfectoral réglemente l’emploi du feu dans les bois, forêts, landes et dans un périmètre situé à moins de 200 na de ces bois, forêts et landes . Ces espaces sont dénommés « espaces exposés ».

Au delà des 200 mètres des « espaces exposés » l’arrêté préfectoral sur l’emploi du feu ne s’applique pas, les citoyens n’ont pas à réaliser d’OLD.

Par contre, un particulier qui entretient son jardin, même s’il se situe dans la zone OLD, ne peut pas brûler ses déchets verts (feuilles, gazon…).

PREFECTURE DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE
8 RUE DU DOCTEUR ROMIEU
04016 DIGNE LES BAINS CEDEX
Tél. : 04 92 36 72 00