Le Repos des alpins

Pratiques funéraires de l’âge du Fer à la période gallo-romaine dans les Alpes du sud-Est

Cette conférence aura lieu au mois de mai 2020 et sera animée par Delphine Isoardi, chargée de recherches au CNRS, Camille Jullian, Aix en Provence et Alexia Lattard, docteure en archéothanatologie, Aix-Marseille-Université/ Centre Camille Jullian-ADES, Aix en Provence/ Marseille.

Cette présentation inédite, conçue spécialement pour Culture & Patrimoine de Thorame-Basse a pour objectif de donner un aperçu des connaissances archéologiques en matière de pratiques funéraires dans le Sud-Est des Alpes ( moitié nord des Alpes-de Haute-Provence et Hautes-Alpes), entre l’âge du Fer (fin du VII° siècle avant J-C, au changement d’ère) et l’Antiquité ( 1er siècle au IV° siècle après J-C.)

Les données seront présentées de manière chronologique, abordant principalement les architectures funéraires, les données anthropologiques et également les éléments d’accompagnement et le costume funéraire.

Delphine Isoardi traitera la période de l’âge du Fer et Alexia Lattard la période romaine.

Au fil de l’exposé on pourra apprécier une évolution dans les techniques d’approche et d‘analyse et par conséquent dans la nature des informations obtenues.

En effet, les tombes de l’âge du Fer ont principalement été étudiées au XIX° siècle avec des méthodes de l’époque, leurs concepts et leurs limites, tandis que la période romaine permettra de mesurer, du moins entre le cas des Clavelles (à Lurs, fouilles des années 1980) et l’élément nouveau de Thorame-Basse un protocole plus récent et de plus grande précision sur le plateau Saint Pierre au Moustier.

Au cours de cette conférence, il sera possible d’aborder des pistes de réflexion qui dépassent la simple observation des données de terrain, avec réserve bien entendu, comme le veut toute approche scientifique.

Les premiers résultats du chantier de fouilles au Moustier de l’été 2019 seront communiqués et les perspectives du chantier 2020 présentées.

Appel à sauver la tour 2019

La tour de Piégut est en danger d’écroulement !                              MOBILISATION CITOYENNE POUR SON SAUVETAGE

Datée XIIIe / XIVe siècle, elle est liée à la seigneurie des Féraud. En 1174, Guillaume Féraud « exigeait de ses vassaux qu’ils montent la garde devant son château ».
Le rattachement de la seigneurie au comte de Provence en 1226 peut expliquer la qualité de la construction nécessitant un savoir-faire et des moyens importants.

Son appareil soigné, sa voûte sur croisée d’ogives en font un monument d’exception. Présente sur les armoiries de la commune, elle est le marqueur identitaire du territoire bas-thoramien et l’élément à la fois
le plus spectaculaire et le plus fragilisé du patrimoine architectural communal.

Ayant perdu sa toiture, elle n’est pas protégée des intempéries. Ses angles, dépourvus de leur parement depuis quelques siècles, se délitent rapidement. Ses façades se lézardent de plus en plus.  Ses fondations sont sapées par l’érosion. Le linteau de son entrée a une extrémité dans le vide. 
Il est urgent d’agir !

Cette qualité exceptionnelle d’exécution
architecturale et de témoin historique justifie
que la tour de Piégut soit protégée au titre des
Monuments historiques
par le ministère de la
Culture.

La parcelle appartenant à l’Etat et étant gérée par l’ONF, un partenariat Etat (ONF) -Mairie s’impose pour sa restauration. C’est à cette seule condition que les dossiers de demande de financement auprès du Conseil Départemental, de la Région et l’Europe pourront être instruits.

Une pétition est en circulation en divers lieux de la commune (café de la Vallée, chapelle Saint-Thomas…). Votre signature exprimera votre volonté que des négociations aboutissent rapidement entre l’ONF et la municipalité pour la sauvegarde de la tour de Piégut. Juillet 2019